Smuggler's Vanguard en Français (Deuxième partie)

Voici la deuxième partie de la nouvelle rédigée par Robert Chestney.

Récemment, Hylo avait trouvé de nouveaux employeurs. Elle avait effectué quelques livraisons pour le compte d’entreprises, et même quelques missions pour la République. Bien que la République soit connue pour avoir toujours privilégié l’embauche de capitaines licenciés et certifiés, l’armée républicaine peinait à trouver la main-d’œuvre nécessaire à l’acheminement de matériel. L’influence de l’Empire s’était étendue très profondément, et travailler pour le compte de la République était devenu une activité risquée. La plupart des pilotes fuyaient désormais ce genre d’affectation, mais Hylo n’était pas de ce genre. 

Elle avait entre autres plus d’affinités avec la République, et le goût du risque guidait également son choix. Avec le temps de vol qu’elle avait accumulé, elle en venait à penser que rien n’était impossible, tant qu’elle gardait foi en elle-même. Les doutes et la peur ne pouvaient entrainer rien d’autre que l’échec. C’est pourquoi Hylo projetait autour d’elle une aura de confiance et de foi en sa propre fortune. Il y avait cependant une exception à cette règle, lorsqu’elle percevait des symboles de mauvais augure. La malchance résidait dans de petites choses de la vie quotidienne, qui pouvaient passer totalement inaperçues. Le landspeeder de son père était tombé en panne le jour où celui-ci s’était rendu pour la dernière fois à son laboratoire. Sa mère avait tâché ses robes favorites juste avant de tomber malade. Hylo en avait conclu que tout ceci n’était pas pure coïncidence, mais plutôt la manière dont l’univers tentait de prévenir ses habitants. En partant de cela, elle en avait déduit que ces petits incidents étaient susceptibles d’être suivis par des catastrophes mortelles si elle ne réagissait pas face aux avertissements. Hylo se serait sentie embarrassée de partager ce genre de pensées avec une tierce personne, mais de telles croyances l’avaient sauvée à maintes reprises, donc elle ne les remettait plus en question. 

Le point positif étant que si aucun avertissement n’était visible, alors il n’y avait aucun danger. Elle pouvait se permettre de piloter rapidement et se laisser aller, pour s’en sortir par la suite sans aucune égratignure. C’était la Loi Invisible de l’Univers. Depuis le début de cette mission, tous les signaux avaient été bons. 

Pendant que le Crimson Fleece pénétrait l’atmosphère corellienne, Hylo étudia le paysage qui s’offrait à elle du haut de sa position. Elle avait perdu le compte des planètes qu’elle avait visité, mais elle n’avait jamais vu Corellia. Elle fut surprise de ressentir, telle une enfant, de la curiosité mêlée à une envie d’aventure. Corellia avait la réputation d’être une planète individualiste, avec toutes les commodités disponibles sur les autres mondes du Noyau, mais des efforts importants étaient fournis pour empêcher qu’elle ne devienne une gigantesque ville-planète. De larges espaces verts couvraient en partie la surface de la planète, disposés de manière efficace entre les différents complexes industriels et quartiers résidentiels. Chose étonnante, Hylo avait entendu dire que ces considérations responsables envers l’environnement provenaient à la base des corporations corelliennes. Elle était heureuse d’y voir la preuve que toutes les entreprises intéressées par le profit n’étaient pas aussi avares et destructrices que celle qu’elle avait l’habitude de croiser sur Nar Shaddaa. 

Alors que les installations de Rendili apparaissaient, Hylo fut saisie par la vue qu’elles offraient. L’architecture surprenait par son mélange de raffinement et d’efficacité. Les niveaux supérieurs de plusieurs tours étaient reliés par des couloirs de plusieurs étages, et de larges bureaux offrant de vastes panoramas en guise de vue. En dessous des tours se dessinait un labyrinthe de bâtiments industriels à l’apparence moderne. Il y avait même un grand espace apparemment dédié à l’expérimentation des projets de la compagnie. Elle vit un fascinant panel de véhicules à différents secteurs de la compagnie, en partant de landspeeders basiques pour arriver à d’autres sortes de véhicules qu’elle reconnaissait à peine. Son penchant pour la mécanique focalisait son esprit à chercher l’utilité et la fonction de ces mystérieux engins. 

L’émerveillement d’Hylo fut cependant brisé lorsque Musk pénétra à nouveau dans le cockpit et qu’il se hissa vers le siège de copilote. Son fusil blaster était désormais accroché dans son dos, et il le laissait maladroitement heurter le siège. Musk ne remarqua même pas. Ces gens vont sûrement nous prendre pour une bande de brutes paranoïaques, se dit-elle. L’idée de laisser son blaster ici lui traversa l’esprit, mais elle la chassa en souriant. Ces gens savaient qu’elle travaillait pour le compte d’un Hutt, ils ne le considéreraient pas mieux, qu’elle porte ou non un blaster à sa ceinture. 
« - A-17. Juste ici. » Musk scrutait l’enchevêtrement architectural en dessous du vaisseau. « - Qu’est-ce que t’attends ? » Il était clairement paré à en finir avec tout ceci. 
« - Je sais, je m’y dirige. » Enthousiasmée par son environnement, Hylo montra à Musk un sourire amical. 

Alors qu’elle approchait le Fleece en direction de la plate-forme d’atterrissage, Hylo se remit à penser aux crédits. Bien qu’elle trouve que voler pour le compte de la République soit quelque chose de grisant et de moralement gratifiant, la paie n’était pas si bonne et les opportunités d’emploi toujours rares. Elle avait accepté ce travail à la solde de Barrga le Hutt simplement à cause de son besoin de crédits. Sa prime pour ce contrat serait appréciable, pour la simple et bonne raison que son chargement se composait de prototypes de moteurs à ion. 

En dépit du fait que Nar Shaddaa était l’un des endroits les plus corrompus de la galaxie, et en partie à cause de cela, la majorité des technologies les plus avancées y étaient développées. Des corporations sans scrupules y installaient leurs laboratoires, cherchant à fuir les régulations républicaines, en profondeur dans les quartiers inférieurs de la lune, y développant des technologies à la fois dangereuses mais aussi de grande valeur. La majorité de ces corporations vendaient leurs produits par le biais du Cartel et d’autres syndicats du crime afin de se décharger de toute responsabilité. Hylo ignorait la provenance des moteurs à ion qu’elle acheminait dans sa soute de chargement, mais elle connaissait leur valeur. De tels moteurs étaient susceptibles d’accroître la capacité d’accélération subluminique, accordant aux chasseurs un avantage sérieux en combat. Que ce soit la République ou l’Empire, chaque partie paierait le prix fort pour s’accorder le moindre avantage dans cette guerre, et celui-ci en était un gros. Hylo se réjouissait que ces moteurs à ion soient destinés à l’armée républicaine, car elle savait qu’ils avaient besoin de toute aide disponible.

Elle savait aussi que ces prototypes n’étaient qu’un échantillon. Si les essais se révélaient concluants pour les militaires, ils en commanderaient des centaines, si ce n’est des milliers. Si Barrga conserve sa place en tant qu’intermédiaire, cela pourrait se révéler le meilleur marché que le Hutt n’ait jamais conclu. 

Incapable de résister à sa curiosité, Hylo s’était glissée dans la soute de chargement durant le trajet, et avait jeté un œil. D’après ce qu’elle savait, les moteurs étaient bien la marchandise prévue initialement. C’était une bonne chose, car si Barrga avait voulu tenter d’escroquer la République, elle n’aurait pas voulu faire partie de l’affaire. Elle savait trop bien que la personne chargée de la livraison est celle qui paie pour la trahison de l’employeur. 

Alors que le Fleece atterrissait finalement sur la plate-forme, Hylo vérifia rapidement l’état de ses moteurs subluminiques, en particulier sur le système d’allumage. Il lui avait déjà fait défaut, et elle voulait être sûre de pouvoir démarrer à nouveau le vaisseau sans problèmes. Une fois la vérification effectuée, elle coupa les moteurs subluminiques. Tant qu’elle laissait allumé le générateur d’hyperpropulsion, elle pouvait rapidement dévier de sa puissance ailleurs et quitter le système corellien à la seconde si le besoin s’en faisait sentir. En scannant le panneau de contrôle, elle nota que le stabilisateur arrière du vaisseau ne fonctionnait pas correctement. Encore une pièce que je vais devoir changer rapidement. Pour le moment, cela signifiait simplement qu’elle devait recalibrer le stabilisateur en dehors du vaisseau. 



En s’extrayant de son siège, sa tête faillit percuter celle de Musk, qui avait choisi le même moment pour sortir du siège du copilote. Il la gratifia d’une grimace et se pencha en arrière afin de lui permettre de quitter le cockpit. Tandis qu’elle parcourait rapidement le vaisseau en direction du sas, elle pouvait presque ressentir le regard insistant de Musk focalisé sur le bas de son dos. Continue à fantasmer, mon pote, pensa-t-elle en souriant. Elle pressa la commande et regarda la rampe s’abaisser lentement vers le sol.

A sa sortie au travers du sas, une fraîche brise vint de manière salutaire mettre ses sens en éveil. Devoir partager le cockpit avec un Nikto lui permettait d’apprécier l’air frais avec un plaisir renouvelé. Préoccupée par ses pensées et par la tâche qu’elle avait à accomplir, elle fut complètement prise par surprise lorsque la voix aiguë d’un droide de protocole se fit entendre depuis l’autre extrémité de la plate-forme. 

« - Excusez moi, mademoiselle, mais j’ai peur qu’il y ait une erreur. Il s’agit de la zone d'atterrissage A-17. Vous n’avez pas la permission de vous poser ici et vous devez déplacer votre … vaisseau tout de suite. » Le droide de protocole parlait aimablement, mais Hylo décela une note de dédain dans son discours. Elle ne détestait pas les droides, mais elle ne leur faisait pas non plus entièrement confiance. Elle supposait qu’il s’agissait d’une sorte de blocage inconscient lié à la mort de son père, mais elle ne voyait pas de raison d’essayer de dépasser ce sentiment.
« - C’est de vous que vient l’erreur, car c’est la sécurité corellienne qui m’a indiqué d’atterrir ici. » Elle orienta volontairement son attention en direction d’un conduit d’échappement de gaz situé sur le dessous du Fleece, duquel du liquide fuyait. Elle savait que ce n’était que de l’eau, mais elle fit mine d’en attraper quelques gouttes et de les observer à la lumière. 
Elle sentit que le droide de protocole était sur le point d’insister poliment, mais il sembla se raviser en voyant Musk sortir d’un pas pesant sur la passerelle. 
« - Nous sommes envoyés par Barrga le Hutt. Nous avons une livraison spéciale à destination de la Corporation Rendili. Allez vérifier sur vos ordinateurs. » Son fusil blaster toujours pendu à l’épaule, Musk esquissa un sourire sadique au droide, le mettant au défi de protester. 
« - Très bien, je vais revérifier, répondit le droide avec complaisance, mais je peux vous assurer qu’aucune livraison n’est planifiée aujourd’hui. Je reviens dans un instant. » Le droide fit demi-tour et se dirigeant d’un pas chancelant en direction des portes de l’entrepôt. 

Renvoyez-moi quelqu’un avec une vraie personnalité, pensa-t-elle. Elle se permit de sourire, et regarda en direction de Musk qui lui lança un bref regard sceptique avant de remonter dans le vaisseau. 

Appréciant l’air pur et la tranquillité du moment, Hylo parcourut nonchalamment du bout des doigts le bord inférieur du châssis du Fleece tout en se dirigeant en direction des stabilisateurs arrière. Elle jeta un œil aux alentours, notant l’ergonomie et la simplicité de la conception de la plate-forme d’atterrissage. Suspendue à des dizaines de mètres au dessus du sol et simplement reliée à la tour par une fine plate-forme, elle présentait bien moins de dangers que les zones d’atterrissage du Cartel sur Nar Shaddaa. Exceptées les quelques caisses de stockage vides empilées proprement sur le bord de la plate-forme, sa surface était totalement vierge. 

Arrivée au niveau des stabilisateurs arrière, Hylo ouvrit le boitier de contrôle externe et relâcha la valve de pression. Une bouffée de fumée jaillit du conduit et le stabilisateur s’ajusta de lui-même de manière quasi imperceptible. Hylo referma avec précaution le boîtier de contrôle et se dirigea tranquillement en direction de la passerelle du vaisseau. Après un dernier regard sur le paysage environnant, elle se retourna pour retourner à l’intérieur du vaisseau et se figea soudainement. Elle avait entendu quelque chose. 

Elle fit demi-tour en un clin d’œil, parcourant la zone du regard afin te tenter d’identifier la source du bruit. Ne voyant rien, elle tendit l’oreille, espérant identifier plus précisément la nature de ce bruit. C’est alors qu’elle réalisa que ce n’était pas ce qu’elle entendait qui clochait, mais plutôt ce qu’elle n’entendait pas. Quelque chose manquait à l’appel, un bourdonnement faible, quasi inaudible mais très important. Le générateur d’hyperpropulsion avait été coupé. 

Furieuse, Hylo se rua en haut de la passerelle, et se dirigea rapidement en direction du compartiment habitable du vaisseau et y trouva Musk assis sur une banquette, s’appuyant sur la cloison les yeux fermés. Ressentant la colère de Hylo, il ouvrit brusquement les yeux et sans bouger un muscle, il haussa les sourcils afin de connaître la raison de son comportement. 
« - Qu’est-ce que t’as foutu, espèce de cinglé ? » Elle cracha la question en serrant les dents. « - Le capitaine de ce vaisseau, c’est moi, et en aucun cas tu n’as le droit ne serait-ce que de toucher aux commandes … » Elle fit un pas en arrière, en reconnaissant l’expression déconfite sur le visage du Nikto. 
« - Je vois pas de quoi tu veux parler. » Musk la regarda droit dans les yeux, et semblait presque effrayé. 
« - Tu veux me faire croire que le générateur d’hyperpropulsion s’est éteint tout seul ? » Alors même qu’elle prononçait ces mots, elle réalisa à la tête de Musk que c’était probablement le cas. Elle prit la direction du cockpit afin de vérifier le panneau de contrôle. 
Un frisson lui parcourut l’échine en voyant que le témoin lumineux du générateur d’hyperpropulsion n’avait pas l’apparence habituelle, ce qui impliquait un problème significatif. C’est pas bon. En un instant, le moral de Hylo avait été sapé, et elle ressentit les mêmes sensations qu’enfant, seule et perdue au sein des rues de Nar Shaddaa. Alors qu’elle se tenait là, figée depuis la vision de l’indicateur d’avarie, Musk arriva derrière elle. Il se pencha dans le cockpit pour apercevoir de lui-même l’indicateur, effleurant au passage Hylo d’une manière qu’elle n’aurait pas toléré quelques minutes auparavant. Cependant, à ce moment, la présence désagréable de Musk ne constituait même plus une distraction comparée à la terreur oppressante qu’elle ressentait. 
« - Il a sûrement juste besoin d’être rechargé. », dit le Nikto d’un air décontracté. Il sortit à nouveau du cockpit et commença à redescendre en direction du compartiment habitable, mais il stoppa net en entendant la réponse de Hylo. 
« - Non, c’est un signe. » Elle fixait toujours le troublant signal lumineux, et ses réserves naturelles de forces comblaient le vide que le malaise actuel avait créé. Tout était clair désormais, atterrir dans une zone industrielle, le droide de protocole pas vraiment coopératif, le fait que la livraison n’était pas prévue sur le planning … C’était un piège. Ces différents petits signaux avaient déjà attiré l’attention de Hylo, mais avant la panne du générateur ils étaient apparus comme fortuits. Maintenant ils s’imbriquaient tous pour démontrer que quelque chose de mauvais était sur le point de se produire. 
« - On ferait mieux de quitter cette planète », marmonna Hylo en s’asseyant dans le siège de pilote. « - On va faire profil bas et se poser sur l’une des lunes de Talus. Je pourrais vérifier et comprendre ce qui est arrivé au générateur d’hyperpropulsion. » Elle jeta un œil pour avoir confirmation que la plate-forme d’atterrissage était toujours déserte, alors même qu’elle enclenchait la fermeture de la passerelle. 
« - Il sont en train de planifier quelque chose. » Elle s’étira et démarra les moteurs subluminiques. 
« - Qu’est-ce que tu fais ? » Musk paraissait abasourdi. 
« - Tout ce que t’as à faire, c’est de me faire confiance sur ce coup là. » Hylo gardait un œil sur les portes de l’entrepôt. Elle s’attendait à ce qu’à tout moment les portes s’ouvrent violemment et que des canons blaster prennent le Fleece pour cible. Elle empoigna les commandes de décollage, mais au même moment elle sentit le canon du fusil de Musk se coller à sa nuque. 
« - Non non. On ne va nulle part, tête brulée. » La voix de Musk n’était ni empreinte de colère, ni menaçante, mais elle avait une portée bien plus inquiétante. Il pensait clairement que Hylo perdait ses moyens, et il était clairement prêt à faire feu si nécessaire. Hylo se mit à réfléchir. J’aurais dû prévoir que Musk réagirait de la sorte. Je risque de provoquer la catastrophe que j’essaie d’éviter. Elle relâcha les commandes de décollage et se glissa dans le fond de son siège. Elle sentit Musk relâcher sensiblement la pression, mais le fusil était toujours pointé sur l’arrière de sa tête. C’était risqué, mais elle savait ce qui lui restait à faire. Elle enfouit sa tête dans ses mains, simulant un sanglot. Cherchant instinctivement à la réconforter, Musk fit un pas en avant. 
Hylo frappa du coude dans le canon du fusil blaster de Musk, l’envoyant heurter le plafond. Elle enjamba son siège pour se placer derrière. Réalisant qu’il avait été trompé, Musk montra les dents, et se retrouva le souffle coupé après avoir reçu le puissant coup de pied que Hylo venait de lancer sur son visage. 
Tombant à genoux dans le couloir étroit, Musk tenta d’abaisser le canon de son arme afin de mettre Hylo en joue, mais elle était trop rapide. D’un geste fluide, sa main droite attrapa le canon de son fusil, pendant que sa main gauche surgissait de son holster, plaquant son blaster sur le front de Musk. 
« - Jette ton arme. » Donne moi une bonne raison et je te descends, pensa-t-elle, mais Musk laissa tomber. Elle lui arracha le fusil des mains et le jeta en direction du siège de pilote, mais elle n’avait aucune idée vis-à-vis de la suite des évènements. Improvisant, elle conserva le blaster plaqué sur la tête de Musk, et se glissa derrière lui dans le couloir. 

Il pense que je n’ai pas le cran d’appuyer sur la gâchette. 

« - Espèce de cinglée. » Musk garda les mains en l’air, mais il hochait la tête. « - Barrga va te tuer, après ce que t’as fait. » 
« - Je prends le risque. » Elle empoigna Musk par le col de sa veste et le tira brusquement le long du couloir. 
Elle jeta un coup d’œil en arrière et reconnut l’odeur, mais elle n’eut jamais la moindre chance de réagir. Le partenaire Weequay de Musk avait finalement décidé d’émerger de l’endroit où il se terrait. La crosse de son fusil blaster percuta le visage de Hylo avant même qu’elle ne puisse comprendre ce qui était en train de se passer. Tout devint sombre. 

* * * 

Traduction de Kryysh de la guilde CER

Source : http://www.starwars.com/games/videgames/tor_smugglersvanguard/index.html

Que pensez-vous de Star Wars The Old Republic ?

601 aiment, 272 pas.
Note moyenne : (964 évaluations | 120 critiques)
6,7 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de Star Wars The Old Republic
(576 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

960 joliens y jouent, 2367 y ont joué.